Entrevue avec Tiffany Parros

25 octobre 2016

Ce qu’on adore de Tiffany Parros, c’est qu’elle a du caractère! Elle est directe, elle va droit au but quand elle a quelque chose à dire. Elle n’attend jamais qu’on lui donne la permission avant de partager son opinion! La designer est l’épouse du joueur de hockey à la retraite George Parros et elle est en vedette dans la série Mariées au hockey, sur nos ondes.

1. Quelle est ta devise personnelle?

Ne jamais demander la permission. J’ai confiance en moi, alors je ne demande jamais la permission avant de faire quelque chose… Je le fais puis si je gaffe, j’apprends de cette erreur et je passe à autre chose!

2. Complète la phrase : « Il m’est impossible de bien entamer ma journée sans… »

café.

3. Tu fais la file au café du coin. Quelle est ta commande?

Un macchiato au caramel avec du lait allégé en matière grasse. En passant, George déteste Starbucks. Il dit que d’y aller est se conformer à la masse! Quand je vais chercher mon café, il m’attend toujours dans la voiture en boudant.

4. Le meilleur conseil que tu as reçu?

Ne pas sacrer devant les parents! J’ai la mauvaise habitude de dire des gros mots, même quand je parle à ma mère. Il faudrait vraiment que j’arrête de le faire! 

5. As-tu un secret pour arriver à maintenir un bon équilibre travail-vie?

À un certain point, on m’a offert de racheter mes designs, de rendre ma compagnie encore plus grande et importante. Cependant, après avoir eu mes enfants, j’ai compris que nos rêves changent… J’ai réalisé que je voulais moi-même aller reconduire et chercher mes enfants à l’école et passer le plus de temps possible avec eux. J’ai réalisé que je n’avais pas besoin de présenter 8000 modèles de sacs à main dans ma collection. L’important n’est pas d’atteindre un certain niveau dans notre carrière, mais d’être en mesure d’avoir l’horaire qui nous convient. 

6. Où peut-on être certain de te trouver, le samedi, quand tu as un petit moment pour toi?

Honnêtement, les samedis n’existent pas pour nous! Demandez à n’importe quelle conjointe d’un joueur de hockey et elle vous dira la même chose. Du coup, nos jours de congé, on les prend quand on peut, donc pas nécessairement le week-end. En fait, c’est plutôt notre fin de semaine qui est n’importe quand! Habituellement, les gens se disent : « C’est samedi soir, profitons-en pour sortir ». Pour notre part, c’est impossible, car le samedi est souvent une soirée de travail pour nos conjoints. 

7. Qu’est-ce qu’il y a dans ton frigo, en ce moment? Ou quelle est ta recette de prédilection, ton incontournable pour « dépanner »?

Je suis capable de concocter un bon petit plat avec n’importe quoi. Je ne me gêne pas pour me complimenter moi-même, quand je cuisine! Hum, quelle serait ma recette préférée… En ce moment, je m’ennuie de Montréal. On y retrouve les meilleurs tartares au bœuf! Aux États-Unis, ils sont loin d’être exceptionnels à ce niveau. On doit trouver un bon restaurant français si on veut être satisfaits de notre tartare au bœuf. J’en cuisine donc moi-même souvent à la maison.

8. Quel est ton moment préféré de la journée? Est-ce à 5 h 30, le matin, quand les enfants se réveillent?

Honnêtement, je me fiche complètement de l’heure à laquelle mes enfants se réveillent! Lorsqu’on les entend dire : « Maman, réveille-toi », on ne peut s’empêcher de trouver ça mignon. J’aime tout simplement être en compagnie de mes enfants, à n’importe quel moment de la journée.

9. Ton endroit de rêve pour prendre des vacances?

Un hiver, nous sommes allés visiter la Barbade. Ce sont mes plus belles vacances, à ce jour. Un chef cuisinier, un majordome, des serveuses et des femmes de ménage étaient à notre disposition. Tous les matins, on se rendait à la cuisine et notre déjeuner nous attendait. La deuxième journée de notre séjour, le chef connaissait déjà nos aliments préférés. La demeure dans laquelle on se trouvait avait de nombreuses pièces directement à l’extérieur, c’était splendide! Je sais que nous ne pourrons jamais nous offrir ce genre de vacances, à nouveau, alors je suis contente qu’on l’ait fait avant que George ne prenne sa retraite. C’était tout simplement merveilleux. 

10. Un mot pour décrire le Canada…

Tout le monde m’avait dit que le froid, l’hiver, est ce qui frappe le plus au Canada. Cependant, j’ai pris l’habitude de voir les endroits où j’habite comme une nouvelle expérience et non pas comme la ville où je vais passer le reste de ma vie… Quand on habitait à Montréal, j’étais souvent seule. Je me déplaçais en métro et je me promenais dans les rues pour vraiment ressentir la « vibe » de cette ville dans ses moindres recoins. J’allais souvent au restaurant seule. Ce sentiment d’appartenance à une ville, tout en apprenant à la découvrir, me manque! En Californie ou à Las Vegas, tout est étalé dans les rues, directement dans notre face.

11. Y a-t-il une cause en particulier que tu soutiens et si oui, pourquoi?

George s’est toujours impliqué auprès d’une fondation. Avant, il coupait ses cheveux une fois par année et les donnait pour une bonne cause. George fait partie du comité de la fondation Blue Line qui vient en aide aux parents dans l’armée, afin qu’ils puissent offrir de l’équipement de hockey à leurs enfants ou les inscrire à des camps. Le hockey est un sport dispendieux! Puis, mon père était dans l’armée. Il était pilote d’hélicoptère. Mon père est en fait un inventeur : à partir d’un modèle de gyropode (SEGWAY), il a créé un petit véhicule que les paraplégiques ou les gens qui ont perdu un membre peuvent utiliser. C’est très inspirant d’être entourée de deux hommes au grand cœur aussi dévoués.

12. Quel serait ton conseil pour quelqu’un qui souhaite percer dans l’industrie de la mode, comme tu l’as fait?

Ne laisse personne te rabaisser. Dans ce milieu, les gens ont tendance à être froids et bêtes. Il faut juste les ignorer! S’il s’agit d’une personne que tu respectes et admires, garde bien ses conseils en tête, mais n’en fais pas trop, non plus… Ne commence pas à imiter son travail ou sa façon de s’habiller simplement pour t’attirer son respect à ton tour! Fais ta propre petite affaire et ne te préoccupe pas de ce que les autres vont dire.

Ne manquez pas Mariées au hockey diffusé sur Séries Plus les samedis 21h. Pour lire l'entrevue originale en anglais cliquez ici!